Floride, psychiatrie : enfants en péril, parents mal informés sur leurs droits

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La Commission des citoyens sur les droits de l’Homme (CCDH) de Floride affirme que plus de 32 000 enfants et adolescents de l’Etat ont été soumis à un examen psychiatrique involontaire l’année dernière, avec ou sans le consentement des parents.

La CCDH a annoncé qu’une analyse récente des appels de parents montre que plus de 70% des enfants détenus pour un examen psychiatrique involontaire ne répondent pas aux critères d’une telle évaluation selon la loi Baker de protection de l’enfance, en Floride. La loi Baker est la loi de l’État qui permet l’engagement involontaire d’enfants sans le consentement des parents.

La loi stipule qu’une personne de tout âge ne peut être examinée que si « sans soins ou traitement, la personne est susceptible de souffrir de négligence ou de refuser de se soigner elle-même ; une telle négligence ou un refus pose une menace réelle et présente de préjudice substantiel pour son bien-être ; et il n’est pas évident qu’un tel préjudice peut être évité par l’aide de membres de la famille ou d’amis volontaires ou par la prestation d’autres services ».

La CCDH informe les parents sur la loi existante, leurs droits en vertu de cette loi et fournit aux familles un formulaire qu’ils peuvent déposer auprès de l’école de leur enfant afin d’éviter l’internement forcé de l’enfant.

En collaboration avec les professionnels du droit, la CCDH a aidé de nombreuses familles à retirer leurs enfants de l’évaluation psychiatrique et les a aidées à éviter l’administration de médicaments psychiatriques puissants et dangereux.

La CCDH de Floride a informé quelques 150 000 familles de leurs droits en vertu de la loi sur la santé mentale et a publié une pétition pour arrêter l’évaluation psychiatrique involontaire des enfants.
La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme a été créée aux Etats-Unis en 1969 par l’Église de Scientologie et le professeur émérite de psychiatrie, le Docteur Thomas Szasz, écrivain et philosophe de renommée internationale, dans le but d’exposer les violations des droits de l’homme commises en psychiatrie et d’assainir le domaine de la santé mentale.

Contact presse : 01.53.33.52.09

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »